ORNEMENT ET CRIME

Si la Ligne Claire s'affranchit du superflu pour ne s'autoriser que l'essentiel, Adolf LOOS se prévaut quant à lui, d'un vocabulaire architectural réformiste libéré des assujettissements ornementaux adventices encore persistants dans la Vienne ancienne de ce début de XXéme siècle.

Adolf LOOS devant la maquette de la villa TZARA.

Adolf LOOS s'attache à dépasser la versatilité des modes et tendances au profit d'une offre conceptuelle pérenne dont il prodiguera les effets en 1908 au travers du fameux pamphlet "Ornement et crime" que Charles-Édouard Jeanneret et son complice Amédée Ozenfant diffuseront en France dans la non moins fameuse revue :
L'Esprit Nouveau.


L'abjuration d'artifices édicté en credo alloue dès lors à la pureté formelle de ses compositions une valeur d'éternité.


"Ne construisez pas de manière pittoresque, laissez ces effets aux murs, aux montagnes et au soleil. Soyez authentique, la nature ne se rallie qu'à l'authenticité.
Ne craignez pas de ne pas être à la mode."

ADOLPH LOOS, Ornement et crime, 1908.

Adolf LOOS 1938 Illustration noir et blanc.
Adolf LOOS 1938 Illustration quadrichromie.
Adolf LOOS 1938 Illustration monochrome.
Adolf LOOS 1938 Illustration sépia.

Adolf LOOS 1938 Illustration initiale au trait.