VILLA PAUL POIRET 1924

Villa Paul Poiret de l'Architecte Robert Mallet-Stevens 1924 à Mézy-sur-Seine Yvelines France
Dessin quadrichromie

Villa Paul Poiret de l'Architecte Robert Mallet-Stevens 1924 à Mézy-sur-Seine Yvelines France
Dessin monochrome diurne

Villa Paul Poiret de l'Architecte Robert Mallet-Stevens 1924 à Mézy-sur-Seine Yvelines France
Dessin noir et blanc nocturne

Villa Paul Poiret de l'Architecte Robert Mallet-Stevens 1924 à Mézy-sur-Seine Yvelines France
Dessin bistre

Villa Paul Poiret de l'Architecte Robert Mallet-Stevens 1924 à Mézy-sur-Seine Yvelines France
Dessin natif au trait

HENRI-GEORGES CLOUZOT

Henri-Georges CLOUZOT Studios de Boulogne 1964
Dessin original quadrichromie

En 1964,  Henri-Georges Clouzot réalisateur talentueux de chefs-d'oeuvre du 7ème Art, "Quai des orfèvres"1947, "les diaboliques" ou le magistral "Mystère Picasso" en 1955, s'attelle dans le plus grand secret à un projet artistique d'une ambition proprement étourdissante au titre pour le moins évocateur : L'Enfer.

Henri-Georges CLOUZOT Studios de Boulogne 1964
Dessin original monochrome

Visions hallucinées mues par l'esprit souffrant de Marcel Prieur (Admirable Serge Réggiani), de son obsession maladive pour sa femme Odette (la radieuse Romy Schneider) mis en images avec un parti-pris esthétique encore jamais exploré alliant l'Art cinétique, l'Héliophore de Louis Dufay, qui aura pour effet de transposer sur pellicule l'état mental du protagoniste central avec une déstabilisante et hypnotique précision.
La troublante beauté de Romy y est sublimée, sa sensualité transcendée; grâce lui soit éternellement rendue pour son implication complète et sans faille à la vision rigoureuse, méticuleuse et inflexible de l'exigeant cinéaste.

Henri-Georges CLOUZOT Studios de Boulogne 1964
Dessin original sépia


Si l'oeuvre demeure inachevée, le film abandonné, Henri-Georges Clouzot nous aura démontré un altruisme sans égal dans la poursuite inlassable du rêve d'un auteur pour sa création.
Serge Bromberg exhumera par l'effet "d'un hasard fortuit" (et la confiance d'Inès Clouzot) les bobines conservées aux Archives Françaises du film du CNC et nous offrira la possibilité d'imaginer notre propre allégorie en visionnant ces essais mythiques, nous laissant ainsi tout loisir de réinventer et de perpétuer sans fin l'édifice légendaire, labyrinthique et incandescent du Grand Maître.


Henri-Georges CLOUZOT Studios de Boulogne 1964
Dessin original noir et blanc

En aparté, je ne puis m'interdire d'évoquer l'émanation Proustienne, les deux personnages principaux Marcel Prieur (Marcel Proust?) et Odette (De Crécy ?) sans omettre le titre du long-métrage qu'il réalisera en 1968 en écho, ayant pour cadre le monde de l'Art contemporain : La prisonnière...